LA FILLE MILLIONNAIRE EPISODE 2a

- ….Ok ! Je suis sortie de chez moi avec mes copines, introduit la fille, on voulait faire du shopping. Pendant qu'on parcourait les rayons de magasin, quatre hommes cagoulés sont entrés dans le magasin……

LA FILLE MILLIONNAIRE EPISODE 2a

- ….Ok ! Je suis sortie de chez moi avec mes copines, introduit la fille, on voulait faire du shopping. Pendant qu'on parcourait les rayons de magasin, quatre hommes cagoulés sont entrés dans le magasin…… oh mon Dieu ça me revient ! Gemit-elle l'air horrifiée 
- Continuez je vous prie c'est important, dit l'agent Belinda
- C'est triste ! lorsque ces hommes cagoulés sont entrés dans le magasin, ils ont intimé l'ordre de ne pas bouger et de s’aplatir sur le sol. Aussitôt dit aussitôt fait. Tout le monde se coucha le ventre contre le sol. L’un deux fit un tour à la caisse et l’autre se mit à dépouiller les hommes de tout ce qu’ils avaient. L’un des bandits voulait introduire la main dans le sac de #Mandy ma copine lorsqu’elle lâcha un cri de frayeur. Énervé, le bandit lui donna une claque dans la mâchoire qu'elle eut du sang pleine la bouche. Nous étions tous dépourvus de tout mouvement. À part nos tremblements. Et pour donner du crédit à leur braquage, ils ont tiré une balle dans la jambe du vendeur Ô mon Dieu je revois la scène ! Gemit-elle en prenant la tête entre ses mains
- Je comprends votre douleur, soupira l’agent Belinda, mais nous faisons notre travail. Dites nous tout dans les détails.
- D’accord, reprit la fille avec une voix détimbrée par les pleurs
Son père ne disait pas un mot. À part sa main posée sur l’épaule de sa fille en lui adressant un sourire réconfortant !
- Ensuite ils nous ont dépouillé de tout, continua la fille, ils fouillaient dans les sacs des gens lorsque l'un des fouilleurs est tombé sur ma carte d’identité. Il a vite su que j’étais la fille d'un grand homme d’affaires. Il fit signe à celui qui semblait être le meneur du groupe sitôt qu'il s’avança vers moi l’arme à point. J'ai eu très peur, en fait, je n'ai jamais eu aussi peur de toute ma vie. Il me dit qu'ils vont m'enlever et partir avec moi ensuite demander une rançon à mon père en guise de ma liberté si non ils allaient m’exécuter. Je tremblotais de tous mes membres. Du coup il me fit conduire dans leur voiture arrêtée dehors sous des crépitements des balles en l'air. Mes copines m’observaient sans moyen de faire quoi que ce soit. Ils m'ont donc conduit dehors jusqu’à me faire entrer dans la voiture. Et pour que je ne voie pas où on allait, ils m'ont bandé le visage avec un foulard. On a, je crois, roulé une vingtaine des minutes avant d’arriver à destination. J'ai senti la voiture freiner. Ensuite ils m'ont fait descendre pour me conduire dans un entrepôt. Après m'avoir fait asseoir sur une chaise, ils m'ont débandé les yeux. Mais eux, gardaient toujours leurs cagoules. Je savais pas quoi faire. Ensuite ils ont commencé à se concerter sur mon sujet. Leur chef voulait demander 1.000.000$ comme rançon. Et les autres disaient que c’était trop et qu'il fallait rabaisser à 800.000$ une chaude discussion s'est enclenchée. Et pour éviter de me faire part par inadvertance sans doute, ils se sont retirés dans une minuscule pièce me laissant sous surveillance de l’un de leur. Ne sachant pas quoi faire, j'ai commencé à lutter pour délier les liens autour de mes bras. Pendant que je me débattais j'ai senti ces derniers se détacher petit à petit. L'homme qui tenait ma garde n’avait rien remarqué. Lorsque je défis complètement les liens, j'ai vu qu'il y avait deux pistolets sur la table en face de moi. Puis j'ai dit à l'homme qui montait ma garde : « svp j'ai soif puis-je avoir de l'eau à boire ? » Il se contenta plutôt de me braquer son arme en disant doucement « La ferme si tu veux pas que je vienne te la fermer ! » « mais svp j'ai trop soif et je peux mourir de soif je ne vous servirai plus à rien si je suis morte, dis-je en suppliant » il y fit un grognement puis me dit « Ok ! Juste une gorgée, je vais te chercher de l'eau » Ensuite il est allé disparaître dans une autre pièce qui semblait être un dépôt. À travers la vitre, je l’ai vu ouvrir le réfrigérateur. J'ai profité de l’occasion pour m'emparer de l’arme comme j’avais plus les mains liées. Je me suis vite dirigée vers la sortie. Heureusement la porte n’était pas fermée. Et lorsque je la poussais, elle grinçait et le bruit alerta les autres. Je suis sortie dehors en courant il y avait deux voitures. J'ai tiré dans l'un des pneus de l'autre puis j'suis montée dans l'autre. Ils avaient laissé les clés. J'ai vite démarré au moment où ils sortaient déjà du hangar. Ils ont commencé à tirer vers la voiture. Je roulais tellement vite que les balles frôlaient juste le pare-brise de la voiture. Ils m’avaient amené dans un coin le plus reculé. Je longeais droit la route lorsque dans mon rétroviseur j'ai vu 3 motos et une voiture qui me pourchassaient à vive allure. Heureusement La Rolls que j'avais roulait plus vite. Je conduisais tellement vite que plusieurs fois j'ai failli cogner des personnes sur la route. Mes poursuivants ne se fatiguaient pas. Et moi je roulais de toute la vitesse. Lorsqu’on s'est approché de la ville et que le circulation commençait à devenir intense, j’ai perdu les freins de la voiture. Mes poursuivants n’avaient pas continué à me pourchasser. La dernière chose dont je me souviens c'est le moment où la voiture a heurté les vitres d'un magasin…apres je me souviens plus de rien….conclut-elle en lâchant un soupir épouvanté. 
- Vraiment vous êtes une fille brave ! Remarqua l’agent Nicolas qui avait suivi attentivement le récit de la jeune fille. 
- Ma fille est le portrait de sa mère, dit le millionnaire. Maintenant je pense que vous pouvez la laisser se reposer. 
- Oui vraiment courageuse, dit l’agent Belinda. Vous n'avez pas vu leur visage au moins ?
- Non ! Je peux qu'en même reconnaître leurs voix surtout le chef et il a un tatouage d'un papillon vert au cou du côté droit, oui je me souviens très bien de ça
- C'est un bon détail ça. Dit l’agent Nicolas. Maintenant on comprend la suite des événements. Merci pour votre aide jeune fille. 
- J’espère que ces malfrats seront appréhendés. Beugla le millionnaire entre ses dents. Je vais leur faire payer cher. Jura-t-il
- Écoutez Mr, fit L'agent Belinda, laissez la police s'occuper de tout. Nous vous promettons de faire notre possible pour mettre la main sur ces criminels. 
- Oui Monsieur c'est notre travail, ajouta l'agent Nicolas. En attendant, l'on va vous donner quelques gardes policières qui surveilleront de près votre fille en dépit de vos gardes du corps.
- Bien merci. Dit le millionnaire en serrant vigoureusement la main des agents. 
Puis les agents sortirent de la chambre de l’hôpital……✳✳✳
Il était neuf heure lorsque la limousine noire du millionnaire accosta dans sa grande cour. Ce dernier vêtu d'une veste bleue de nuit et sa fille vêtue d'un blue-jean avec un veston noir et des baskets noires descendirent de la voiture après que le garde du corps ait ouvert la portière. La fille avait passé plus d’une semaine à l’hôpital pour son retablissement. Ils entrèrent dans le grand château sous la surveillance des gardes du corps. C’était une grande batisse. La fille prit les escaliers pour aller dans sa chambre. Tandis que le père se dirigea à son comptoir pour se rafraîchir avec un whisky J&B. Après avoir vidé son premier verre, il se versa un deuxième. lorsqu’il porta le verre à ses lèvres, il reçut un coup de fil. Il eut une expression de visage mesquine quand il jeta un coup d'œil au portable qui vibrait. D'abord il l'ignora la première fois. Quelques secondes après, le phone vribrait encore, Il le prit et après avoir décroché il dit :
- Allô ici Mr Jared 
- Bonjour Monsieur, le gouverneur a téléphoné, il veut obtenir l’accord sur le gisement pétrolier. Fit la voix d'une femme au bout du fil
- Quoi ? Déjà ? Je demande à ce qu'aucun accord soit signé sans mon amendement. 
- C'est ce que nous lui avons fait voir il prétend le faire en sa qualité de gouverneur
- Je m'en fous du gouverneur ce sont mes gisements de pétrole et non pour le gouvernement nom d'un chien ! 
- Justement Monsieur nous n'avons donné aucune suite à sa requête
- Tout à fait.
- Il comptait vous rencontrer en personne pour discuter des clauses.
- Si c'est comme ça envoyez-moi un hélicoptère dans les 20mins j'arrive moi-même sur le lieu 
- Désolée Monsieur l’appareil n'est pas prêt.
- Comment ça l'helicop n'est pas près ? Bon sang ! 
- Le pilote a fait rapport qu'il accusait une défaillance. 
- Que des conneries. Bon, si le gouvernement tient à me faire des rétrocessions, et bien le gouverneur n'a qu’à passer à mon bureau. 
- D’accord je vais donc téléphoner son cabinet pour lui dire de passer vous voir. 
- Oui je l’attends dans les 30min j'ai une autre affaire à régler après
- D’accord. 
- Bien ! 
Puis il déposa son phone sur la table l'air nerveux. La fille ayant entendu son père tonner redescendit….
- Papa tout va bien ? Demanda-t-elle
- Oh oui mon ange tout va bien. Répondit le millionnaire
- Non papa tu es nerveux apparemment encore des affaires ?
- Chérie papa te dis que tout va bien tu devrais te reposer ok ? 
- Hum Ok. 
Puis elle est remontée dans sa chambre…….✳✳✳

……..Follow Next ! #Beverlyheartheart Just_do_it !